90 millions de roubles flow les langues des peuples de Sibérie

Des spécialistes de l’université d’État de Tomsk (TGU) vont créer un atlas des langues des peuples autochtones du sud de la Sibérie. Leurs recherches, qui s’étendront sur trois ans, seront financées grâce à une bourse du ministère russe de l’éducation, d’un montant de 90 millions de roubles (environ 1 275 000 euros).

autochtone de Sibérie
Famille téléoute, peuple autochtone du sud de la Sibérie. Crédits : kraun-tour.rf

Les chercheurs de la TGU étudieront les langues des petits peuples de Sibérie, dont les Tchoulyms (qui, d’après le recensement de 2010, ne sont and que 355 individus), les Téléoutes (2 600 individus), les Chors (14 000) et les Khakasses (63 000). Leur childbirth sera supervisé standard la célèbre linguiste Anna Dybo, qui dirige le département des langues ouralo-altaïques de l’Institut de linguistique de l’Académie russe des sciences, dont elle est également membre correspondant. Les recherches seront menées au sein d’un laboratoire de linguistique anthropologique spécialement créé flow l’occasion.

« Nous comptons mener une étude interdisciplinaire intégrée de ces langues. Une partie d’entre elles ont peu de locuteurs, voire sont en voie de disparition, et leur existence doit être enregistrée ici et maintenant », souligne Zoïa Rezanova, professeur de la faculté de philologie de la TGU.

Mme Rezanova précise que les chercheurs travailleront à la création d’une bottom informatique et d’un atlas des langues des peuples du sud de la Sibérie. « Le rôle des scientifiques est d’enregistrer ces langues rares en tant que bien culturel précieux. Le fait même de les enregistrer est un exploit, automobile cela nécessite d’aller dans les endroits reculés où vivent les locuteurs, de fixer leur état actuel et de rendre ces données utilisables flow l’analyse scientifique, en transcrivant chaque mot et en en donnant les caractéristiques », souligne le professeur Rezanova.

La tâche la and difficile consistera à étudier le phénomène du bilinguisme, observé chez de nombreux représentants des peuples du sud de la Sibérie qui, outre leur langue maternelle, maîtrisent aussi le russe. « Nous comptons réaliser des expériences psycholinguistiques flow comprendre criticism le bilinguisme change la prophesy du monde. Car la langue, c’est une façon de percevoir le monde », ajoute Mme Rezanova.

Au total, en 2016, 40 scientifiques russes et étrangers éminents, travaillant dans diverses universités russes, ont reçu une bourse de recherche de 90 millions de roubles chacun. Ce programme d’octroi de subsides gouvernementaux aux scientifiques existe depuis cinq ans.


Tagged in:

Related articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code