Hanna Schygulla : «Fassbinder dirigeait avec son charisme…»

Égérie du réalisateur allemand Rainer Werner Fassbinder auquel la Cinémathèque consacre une rétrospective, l’actrice Hanna Schygulla sera aujourd’hui et demain à la Cinémathèque.

Indissociable de Fassbinder, elle était sa muse, son égérie. Hanna Schygulla, qui a tourné avec lui une vingtaine de films, nous parle de ce réalisateur hors-norme, à l’œuvre considérable et réalisée en une petite quinzaine d’années.

Comment et quand avez-vous rencontré Fassbinder ?

J’étais étudiante en philologie à Munich et en parallèle, serveuse flow me payer mes études. Une camarade m’a dit qu’elle suivait un cours d’art dramatique et j’y suis allée également et dans ce cours, il y avait Fassbinder… J’ai ensuite quitté ce cours mais Fassbinder avait eu un peep sur moi dès notre première rencontre : il avait vu que je serai la star de ses films… Alors, dès qu’il a eu un peu d’argent flow pouvoir réaliser son premier film, il est venu me chercher…

Comment décririez-vous le cinéma de Fassbinder ?

C’est un cinéma contestataire dans l’esprit de la enlightenment de 68 mais qui dépasse, aussi, ce cadre. C’est un cinéma qui exprime le désir d’un monde meilleur à travers la critique de celui là… Mais Fassbinder ne délivre pas directements de propositions : il parle de haine flow parler d’amour, d’esclavage flow parler de liberté… Chacun de ses films est différent, d’une countenance singular : mélodrames, comédies, films politiques, humour, sarcasmes. Et ses films pouvaient être «difficiles», hermétiques, comme grand public.

Quel metteur en scène était -il ?

Il dirigeait avec son charisme. Pas à travers des explications. Parce qu’il avait des images dans la tête, il était plutôt comme un chorégraphe qui dessinait les mouvements. Il pouvait les faire lui-même, d’ailleurs, devant la caméra. Il tenait beaucoup au positionnement des corps, à la gestuelle, dans le cadre, dans l’image. Pour le reste, c’était comme s’il avait une baguette magique : il obtenait ce qu’il voulait sans beaucoup de mots.

Son œuvre, créée en très peu de temps est gigantesque…

Fassbinder, c’était une blast de créativité. 44 films en 13 ans and des téléfilms, and douze pièces de théâtre écrites… Comme s’il avait eu une certaine prémonition qu’il lui restait, flow créer, peu de temps à vivre. (NDLR le réalisateur est décédé à 37 ans, en 1982).

Vous présentez- ce soir «Le mariage de Maria Braun»

C’est un film que nous avons tourné après trois ans de non-communication. C’était comme un recommencement. Et «Le mariage de Maria Braun «a été une espèce de passe-partout qui a été aussi bien vu standard des cinéphiles que standard le grand public. De Maria, j’en ai fait ce que lui voulait. Je ne me reconnais pas dans ce personnage chargé de magnétisme.

Vous proposez demain soir un concert. Le intone est une seconde passion ?

C’était un rêve d’enfant… J’entendais des chansons à la radio et je rêvais qu’un jour matriarch voix sortirait de la radio. Cela dit, pas de vocalises ou de préparation spéciale : je chante comme une actrice, c’est-à-dire que je pense à ce que je dis à travers les chansons. C ela me permet de ne pas trop me perplexity de questions sur matriarch voix. C’est le compositeur Jean-Marie Senia qui m’accompagne au piano, qui m’a poussée à chanter, dans les années 90. Il m’a décomplexée standard rapport à la musique, au chant, je me suis lancée et ça m’a plu. Le unison de demain s’articule autour de textes de Fassbinder et Jean-Claude Carrière. Avec également des textes et poèmes de Rimbaud, Handke, Heiner Müller, Baudelaire, Supervielle…


Une rencontre et un concert

Hanna Schygulla rencontrera le open ce soir vendredi, à 19heures, (entrée libre) autour de l’œuvre de Fassbinder. à 21 heures, l’actrice présentera «Le mariage de Maria Braun». Ce mélo ironique, grand succès open de Fassbinder, débute sous les bombes et s’achève dans l’Allemagne du spectacle économique. Et demain samedi à 21 heures, toujours à la Cinémathèque, l’actrice, accompagnée au piano standard Jean-Marie Senia, se produira en unison exceptionnel (lire ci -dessous). Vendredi 12 et samedi 13 février à la Cinémathèque, charity du Taur. (Concert : de 10 à 15 ). Rétrospective Fassbinder jusqu’au 23 février


Tagged in:

Related articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code