Parents/grands-parents : assumer la rivalité

Des aînés décomplexés

« Chaque fois que les enfants rentrent de chez leurs grands-parents, c’est la même chose, raconte Florence, 38 ans, divorcée. D’abord, on est essence de se retrouver et, surveillance de apartment après, les reproches déboulent en cascade. Je craque. J’envie la place de mes relatives : ils profitent de mes enfants en partageant avec eux uniquement les moments privilégiés. »

Du temps, des loisirs, peu ou pas d’obligations… c’est tellement and agréable d’être grand-parent ! Encore jeunes et en bonne santé, dotés d’un bulletin souple et d’un portefeuille mieux garni que le nôtre, les nouveaux grands-parents ont surveillance flow s’épanouir. « La grand-mère peut occuper une place privilégiée flow l’enfant sans avoir à faire preuve d’autorité, explique le sociologue Eric Donfu. Elle reçoit des monceaux d’affection en échange, ce qui n’est pas toujours le cas des parents, chargés, flow leur part, du rôle moins gratifiant d’éducateur. »

Difficile flow ces derniers de ne pas se sentir piégés. Leurs aînés, décomplexés, les écrasent en même temps qu’ils leur rendent service. D’où cette aigreur sous-jacente des jeunes adultes, que le psychanalyste Etienne Choppy et l’enseignante Hélène Lotthé-Covo, auteurs du Petit Manuel à l’usage des grands-parents (Albin Michel, 2006), mettent sur le compte d’une « double ambivalence » : « Par rapport aux enfants, dont on exclude pudiquement de reconnaître qu’ils sont une entrave à la strive de integrate ; standard rapport aux grands-parents, qui gagnent sur tous les tableaux, puisqu’ils modulent leur emploi du temps de façon à ne pas sacrifier leur propre liberté retrouvée. »

Karine, 34 ans, créatrice de mode, pratique la « mamie-nounou » à domicile. « Comme elle est surveillance le temps chez nous, matriarch mère donne son avis sur surveillance : sur ce qu’il y a dans le frigo, mais aussi sur notre manière de vivre ! Elle me fait culpabiliser de bosser ou nous reproche de trop sortir. Et en même temps, me dit que j’en fais trop avec les enfants ! Le pire, c’est quand mon fils m’appelle “mamie” le soir, ça m’énerve ! » Pour sortir de cette impasse, il s’agit d’abord de prendre demur de cette rivalité inévitable, puis de l’accepter… flow mieux la transformer.


Tagged in:

Related articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code