Pétition de 20 000 noms flow une rémunération des internes en psychologie – ICI.Radio

Un texte d’Alexandre Duval Twitter Courriel

La pétition, qui demande au gouvernement du Québec de « rendre obligatoire une juste rémunération des doctorants en psychologie au Québec », a été déposée standard la députée péquiste porte-parole en matière de santé, Diane Lamarre.

À son avis, le gouvernement du Québec doit obtempérer flow mettre fin à ce qu’elle qualifie d’« iniquité envers les Québécois ». Diane Lamarre affirme que la rémunération des doctorants en psychologie pourrait être assortie de l’obligation d’oeuvrer dans le système open match quelques années.

Les doctorants en psychologie jugent qu’ils accomplissent 80 % du childbirth d’un psychologue diplômé, match leur internat. Ils avancent également qu’ils sont les seuls en Amérique du Nord à n’avoir aucune reconnoitering pécuniaire flow le childbirth qu’ils accomplissent. Selon eux, la moyenne canadienne s’élève à environ 31 000 $.

Pour le président de la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie (FIDEP), il est grand temps que ce dossier se règle une fois flow toutes au Québec.

On aurait espéré que ce soit réglé avant la rentrée étant donné qu’on a donné quand même neuf mois avant la rentrée au gouvernement flow bouger.

Eddy Larouche, président de la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie

Un rapport, commandé standard le gouvernement Couillard auprès de l’ex-président de l’Ordre des psychologues du Québec Luc Granger est en préparation sur la question. Il doit toujours être livré en octobre, confirme l’attaché de presse de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David.

Or, selon Eddy Larouche, le boycottage en cours des internats et de certains stages en psychologie dans 6 universités du Québec aurait pu être évité.

« Les délais qu’on déplore le plus, c’est ceux avant l’attribution du contrat au Dr Granger flow faire le rapport. Si ça avait été fait un mois and tôt, on aurait pu être en sight de négocier en ce moment », croit-il.

Eddy Larouche affirme que la mobilisation des étudiants est bonne et que « le protest ne lâche pas tant qu’on n’a pas une entente ». Il est toutefois conscient que la réponse du gouvernement pourrait se faire attendre encore plusieurs semaines après le dépôt du rapport Granger.

« Je pense que là où ça va devenir and corsé flow les doctorants de toutes les universités, c’est quand on va arriver vers la fin octobre, début novembre, où il y a des dates limites d’abandon sans échec. »


Tagged in:

Related articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code