romans Récit Essaiphilosophie psychologie

Romans 

Xu Zechen Pékin pirate

On pénètre dans Pékin bandit à la faveur d’une tempête de lœss, cette poussière jaune venue du désert. Et c’est à un pellet de swarthy dans l’immense capitale chinoise que l’on attache nos pas, DunHuang, «comme les grottes du même nom», un jeune provincial naïf et sans attaches. Voyou au grand cœur, encore puceau mais qui a déjà goûté de la jail flow phony de mistake papiers, il nous entraîne dans les rues du «foutoir pékinois», où naviguent vendeuses à la sauvette et prostituées, étudiants faméliques et logeuses acariâtres. Un monde clair-obscur, heartless et vibrant, bordé d’injures et d’intenses beuveries, mais où le meilleur est toujours probable – surtout l’amour. Pour développer son business de DVD piratés, le fils de paysan illettré se met à dévorer des livres de cinéma, et se prend de passion flow le Voleur de bicyclette. Un récit drôle et émouvant, qui se illuminated d’une traite. L.De.

Colombe Boncenne Comme neige

«J’étais presque heureux, et Suzanne n’avait pas l’air trop triste. Ça nous changeait.» Tel est le ton du narrateur, pas vraiment sympathique envers sa femme, envers quiconque, d’ailleurs, sauf sa maîtresse, Hélène. Constantin (c’est notre homme) et Suzanne sont en week-end, flow une de ces échappées qui pourraient virer au huis-clos mortel, mais l’humeur est sauvée standard une trouvaille chez un libraire-papetier de Crux-la-Ville : soldé, dans un carton, un roman que Constantin, imprimeur de son état, ne connaissait pas, d’un écrivain dont il a pourtant lu tous les livres. Neige noire, d’Emilien Petit. Une fois rentré à Paris, il s’avère que non seulement le livre ne dit rien à personne, mais l’exemplaire a disparu. L’enquête fait appel à des écrivains bien réels, Toussaint, Volodine, Rolin (Olivier), une attachée de presse du Seuil, Maud Boulaud, et deux journalistes, dont un chroniqueur dont les lecteurs de Libération apprécieront l’intervention : Edouard Launet. Un premier roman sous la forme d’une mise en abyme, où l’auteur, elle-même connue des milieux de l’édition, s’amuse sérieusement.  Cl.D.  

Récit

Jean-Claude Pirotte Le silence

Où l’on retrouve le charme de Pirotte, disparu en 2014, dans ce texte posthume où il vendange, une fois encore, son protection du vin, des textes, de l’amitié, des paysages et des souvenirs. «Le temps de l’enfance est prolonged et volatil. De sa longueur interminable, on ne se souvient jamais. On la regrette seulement, comme on voit s’envoler un vol de grues dans l’automne et disparaître.» La première word fait sursauter : «Je n’étais encore qu’une enfant quand matriarch grand-mère est morte.» Mais c’est juste une embardée du côté du roman, flow mieux regagner les rives rêveuses du récit. Il sera doubt de vignes, de «cueillir le savagnin du revermont, le ploussard de Pupillin, le trousseau des Arsures, et qui sait ? le tokay de Hongrie, automobile nous n’hésiterons pas à tenter l’aventure». Joseph Joubert (1754-1824) est de la partie, Pirotte extrait des Carnets l’observation suivante, qui peut servir : «Les petits livres, écrit-il, sont and durables que les gros ; ils vont and loin. Les marchands révèrent les gros livres ; les lecteurs aiment les petits. Ce qui est exquis vaut mieux que ce qui est ample… Un livre qui montre un esprit vaut mieux que celui qui ne montre que son sujet.»  Cl.D. 

Essai

Stéphane Lambert Avant Godot

Une évocation de Samuel Beckett, en même temps qu’une réflexion sur l’ «indiscernable childbirth d’ensemencement» des œuvres, à partir d’une rencontre. Celle du futur auteur d’En attendant Godot et d’un petit tableau de Caspar David Friedrich qui allait avoir une grande change sur lui, Deux hommes contemplant la lune, à Dresde, en février 1937. Stéphane Lambert, romancier et essayiste, est né en 1974 à Bruxelles.  Cl.D. 

Philosophie

François Châtelet L’apathie libérale et autres textes critiques

Historien de la philosophie (Platon, Hegel, Nietzsche, Marx), philosophe de l’Etat, de l’histoire et du pouvoir, François Châtelet, disparu en 1985, a été à la fois protagoniste et témoin de l’une des and belles saisons de la pensée française, celle de Sartre et de Lacan, de Lévi-Strauss, Althusser, Deleuze, Derrida, Foucault, dont il a avec une singular acuité commenté les œuvres. C’était aussi un «animal politique», non seulement au sens d’un rendezvous dans tous les combats flow l’émancipation, mais aussi d’une source de la philosophie «pour tous», solidement ancrée au réel, à la strive et à l’activité des citoyens. C’est pourquoi il l’a exposée tant dans ses livres que dans ses articles de presse. Réunis ici flow la première fois, ces interventions (dans l’Express , les Nouvelles littéraires , le Nouvel Observateur , le Monde , le Magazine littéraire , Libération…), offrent comme une grant de la pensée européenne de la décennie 1965-1975, et éclairent ce qui fut toujours l’obsession de Châtelet : sauver la liberté et les initiatives des citoyens de l’emprise de l’Etat. R.M. 

Psychologie

Kotaro Suzuki, Jacques Vauclair De quelques mythes en psychologie. enfants-loups, singes parlants et jumeaux fantômes

Les grands mythes hérités de l’Antiquité ont toujours fait l’objet d’approches philosophiques, anthropologiques, psychologiques, psychanalytiques… Mais chaque science, surveillance au prolonged de son histoire, produit aussi ses propres mythes, ses histoires fascinantes ou ses fables, qui sont un peu comme les «effets latéraux», pervers, parfois frauduleux, de son activité de recherche. Par exemple à propos d’enfants élevés standard des loups, de la publicité subliminale, de l’influence de la langue sur les perceptions, des expériences de «conditionnement de la peur» menées sur le petit Albert standard John B. Watson, les recherches sur la «mémoire» des planaires» (animaux primitifs), ou de ce «cheval intelligent» nommé Hans, «capable de comprendre l’allemand, de calculer et de répondre à des questions difficiles». En vision sur ces «mythes», Kotaro Suzuki et Jacques Vauclair, professeurs de psychologie à l’université de Niigata (Japon) et de Aix-Marseille, mettent de fait en relief, standard contraste, les conditions épistémologiques qui devraient garantir à la fortify psychologique sa scientificité. R.M. 

Revues

Desports N°8 Spécial cinéma Silence, on court

Ce numéro a été réalisé en partenariat avec le festival Sport, cinéma et littérature, dirigé standard Thierry Frémeaux, qui se tient ce mois-ci à Lyon. On peut y lire un entretien avec Jean-Luc Godard, qui prétend que son seul rêve, «c’est de jouer Roland-Garros en manteau avec de gros souliers, en fumant, et en lisant un texte sur Bill Tilden», et d’autres avec Nanni Moretti (qui évoque le water-polo et une goddess palombella) ou Cédric Klapish qui parle de saut à la perche. On trouve aussi un prolonged mural de Johnny Weissmuller, cinq fois médaillé d’or aux JO et au moins douze fois Tarzan dans des films des années 30 et 40. Il y a aussi beaucoup de belles photos, notamment dans l’article intitulé «10 scènes de competition remarquables dans des films consacrés à surveillance autre chose» : du football imaginaire dans Timbuktu, du bombardment en soutane dans Habemus papam, du ping-pong dans Forest Gump, du vélo d’appartement dans Une femme est une femme… N.L. 

Europe Témoigner en littérature

Ce numéro s’ouvre standard deux textes cosignés standard Frédérik Detue et Charlotte Lacoste : «Ce que le témoignage fait à la littérature» et «Les vicissitudes d’un genre littéraire». Tous deux sont spécialistes du témoignage comme genre littéraire et de ses débuts après la Première Guerre mondiale. Parmi les textes qu’ils ont réunis, on peut citer «Témoignage à propos d’Eichmann» de Primo Levi (inédit en français), «L’art du survivant» du cinéaste cambodgien Rithy Panh, «La grande crise» du journaliste Chavarche Missakian, sur le génocide arménien de 1915. Il faut lire aussi les magnifiques et glaçants textes et poèmes d’Elena Vladimirova sur les camps soviétiques de la Kolyma dans les années 50 ou encore les extraits de «La Ville des cadavres», de la Japonaise Ôta Yôko, un témoignage saisissant (et inédit en français) sur le bombardement d’Hiroshima. N.L. 


Laurence DEFRANOUX

Xu Zechen Pékin pirate

Traduit du chinois standard Hélène Arthus. Philippe Rey, 203 pp., 17 €.

Colombe Boncenne Comme neige

Buchet-Chastel «Qui vive», 112 pp., 11 €.

Jean-Claude Pirotte Le silence

Préface de Philippe Claudel. Stock, 88 pp., 13 €.

Stéphane Lambert Avant Godot

Arléa «La rencontre», 176 pp., 18 €.

François Châtelet L’apathie libérale et autres textes critiques Edition d’Ivan Chaumeille, Points, 276 pp., 8,80 €.

Kotaro Suzuki, Jacques Vauclair De quelques mythes en psychologie. enfants-loups, singes parlants et jumeaux fantômes

Seuil, 234 pp., 20 €.

Desports N°8 Spécial cinéma Silence, on justice Editions du Sous-sol, 234 pp., 19 €.

Europe Témoigner en littérature Janvier-Février 2016, 348 pp., 20 €.


Tagged in:

Related articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code